comment choisir son escalier

comment choisir son escalier

L’escalier est une pièce de passage indispensable dans une maison. Un élément à la fois fonctionnel et décoratif, c’est une suite de marches permettant de passer d’un niveau à un autre de l’habitation. Voilà pourquoi, il est important de ne le choisir qu’après mûre réflexion. Surtout que le choix diffère selon l’usage que vous allez en faire, l’espace disponible, le budget, les matériaux de conception, etc. Si vous voulez en savoir davantage, lisez cet article.

Les critères de choix d’un escalier : question de place et de sécurité

Comme on vient de souligner plus haut, choisir un escalier est plus compliqué qu’il n’y parait. En effet, il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Le premier se rapporte généralement à l’espace disponible dans votre demeure. Si vous avez un large espace, alors préférez les modèles imposants avec un design soigné qui jouent un rôle certain dans l’amélioration de votre déco. En revanche, si vous manquez d’espace, mieux vaut opter pour un escalier qui prend très peu de place comme le modèle hélicoïdal par exemple.

Et côté sécurité, ce ne sont pas les moyens qui manquent pour sécuriser l’escalier. Vous pouvez choisir les mains courantes, rampe, contremarches, rambarde ou garde-corps pour compléter l’installation. Et faites attention au revêtement des marches qui ne doit surtout pas être glissant. Il faudrait également rajouter un nez de marche anti-dérapant pour pouvoir monter en toute sécurité les marches d’escalier. La mise en place de ces différents éléments s’avère nécessaire pour parer aux imprévus notamment au risque de chute.

Quelle forme d’escalier choisir ?

On recense quatre principales formes d’escaliers : l’escalier droit, celui quart tournant, deux-quarts tournants et celui en colimaçon.

L’escalier droit : représente la solution la plus confortable et la moins onéreuse. Suivant un seul et même axe, il est tant facile à concevoir qu’à aménager. De plus, la place en dessous de cet escalier peut vous servir de lieu de rangement.

L’escalier quart tournant : est un modèle qui forme un angle de 90° en haut ou en bas de l’escalier. Comparé à l’escalier droit, il demande bien moins d’espace et laisse passer plus de lumière. Élégant, pratique et facile d’usage : telles sont les incontournables qualités de ce type d’escalier.

L’escalier deux-quarts tournant : comportent trois volées de marches et deux angles. Ces deux quarts tournants s’obtiennent généralement par un palier intermédiaire. Cette solution est confortable à l’usage, mais rend néanmoins difficile le passage d’objets volumineux d’un étage à un autre.

L’escalier hélicoïdal : est vivement recommandé si vous occupez un petit espace. Comme son nom l’indique, il prend la forme d’une hélice et s’enroule autour d’une colonne centrale. Un gain de place considérable, il ne requiert pas de support mural et peut se placer partout dans la maison. Petit bémol : sa configuration fait qu’il vous sera difficile, voire impossible d’y faire passer des objets lourds et imposants.

En outre, l’escalier peut être réalisé à partir de différents matériaux comme le bois, l’aluminium, fer forgé, verre, etc. L’escalier en bois donne un effet rustique et théâtral à votre style intérieur. Mais si vous voulez plus de lumière et de clarté, il vaut mieux choisir le modèle en verre ou en plexiglas. Quant au modèle en aluminium, il est robuste, facile d’entretien et admet une large variété de couleurs.

façade de maison qui est rose

façade de maison qui est rose

Dès que les visiteurs passent devant votre maison, le premier aspect qu’il découvre est sans aucun doute la façade du logement. Il est donc important de bien peaufiner la présentation de la façade de votre maison. On trouve généralement une maison peinte en blanc ou de couleur neutre. Mais ces dernières années, un autre vent souffle sur la tendance des styles de ton d’une façade de maison. Plus de couleurs pour plus d’ambiance et pourquoi ne pas choisir une façade rose ?

Osez la couleur !

Les couleurs un peu intenses trouvent plus de place dans la décoration d’une maison en ce moment, à l’intérieur comme à l’extérieur. Plus de couleur pour plus de chaleur, c’est ce que beaucoup d’utilisateurs affirment. Pour donner une autre allure à la maison, une façade marquante serait plus appropriée. L’initiative n’est pas seulement pour l’impression des yeux, mais c’est surtout pour que la maison puisse respirer avec un ton plus foncé. Souvent, une façade est peinte en blanc ou en jaune tendre. Et si on choisissait une teinte plus marquante comme le rouge ou bien le vert ? Ce sera une façon de donner plus de valeur à la maison, mais également une manière de se démarquer des autres constructions.

Et une façade rose, pourquoi ne pas opter pour un tel ton ? L’idée paraît irréaliste pourtant beaucoup de personnes optent pour cette couleur pour faire vivre la maison en lui donnant un aspect nouveau. Que ce soit une nouvelle construction ou une maison innovée, une telle façade est dorénavant très privilégiée. Pour le choix de la couleur de votre façade, vous pouvez aussi vous inspirer de l’environnement autour de votre maison. Ou encore se référer sur la façade de votre voisin, l’idée est de s’inspirer et non de copier la présentation de l’habitation de votre entourage.

Une façade rose, sans retenue

Vous vous dites certainement que le fait de peindre sa façade avec une couleur plus marquante n’est pas réalisable ? Détrompez-vous ! Parce que l’évolution touche tous les domaines tout en évoluant, à présent plus de couleurs sur une façade deviennent une tendance. Pour une maison plus joyeuse, ce ton est privilégié par beaucoup d’architecte. De même, vous pouvez jouer sur les couleurs en choisissant un autre ton plus clair sur les fenêtres et les portes pour donner une allure classique à l’ensemble de votre résidence. Un autre style pour une présentation plus marquée de la maison, une façade rose est donc une initiative pour apporter une touche originale à la présentation de votre logement. Pour une petite maison ou un grand bâtiment, il est faisable de réaliser une façade tout en rose.

comment décorer une montée d’escalier

comment décorer une montée d’escalier

Considéré comme un simple lieu de passage, la montée d’escalier est très souvent négligée. Néanmoins, avec une belle déco, cette dernière pourra faire bonne figure. Décider de décorer sa montée d’escalier fera une vraie différence rapidement. Alors, que diriez-vous de donner du peps à la montée de votre escalier ? Découvrez les meilleures idées à travers cet article !

Décorer une montée d’escalier : pourquoi est-ce important ?

Puisque l’escalier est associé en permanence au mouvement, il mérite ainsi une jolie touche de déco qui donnera certainement du caractère à l’intérieur. Vous l’aurez compris qu’en plus d’être incontournable à la montée ou à la descente, la montée d’escalier pourra parfaitement faire office de décoration d’intérieur. Aussi, puisqu’on y monte et on y descend à mainte reprise dans la journée, on aime forcément voir une montée d’escalier joliment décoré et pleine d’originalité. Si votre montée d’escalier a toujours été le grand oublié de votre décoration intérieure. Il est temps de faire autrement et de choisir plutôt de le sublimer. Donc voici des idées inspirantes.

Déco pour une montée d’escalier tendance : quelques idées inspirantes !

En tout premier lieu, vous pourrez avoir recours à des objets d’art, plusieurs tableaux déco ou une série de photos. Toutefois, un seul petit détail comme l’habillage des murs avec des tableaux et des photos de famille suffit pour créer un joli et impressionnant effet déco. C’est une idée de décoration simple, mais qui fonctionnera parfaitement pour décorer une montée d’escalier.

En second lieu, un coup de peinture, c’est également une idée très judicieuse. Pour ce faire, vous pourrez ainsi peindre les contremarches, les marches ou bien les rampes. Pour être bien dans la tendance, n’hésitez pas à oser les couleurs vives ou encore jouez sur les couleurs. Pour mettre plus en valeur une montée d’escalier, les stickers escaliers autocollants et les papiers peints peuvent également être pensés.

Outre la peinture et la décoration murale, une touche d’éclairage fera également l’affaire. Une montée d’escalier bien illuminé, cela change également tout. Pour donner plus d’allure et de modernité à votre escalier, nous vous recommandons des éclairages pour marches, des suspensions ou des lampes à LED dans le mur ou sous la rampe.

Rénover ou remplacer le matériel de l’escalier offrira également un effet très décoratif. Sur ce, vous pourrez changer la moquette ou le tapis pas du parquet ou du carrelage. Il vous suffit de donner libre cours à votre imagination.

Opter pour un mode botanique est également une excellente idée. Si cette idée vous intéresse, vous pourrez ainsi miser soit sur des plantes grimpantes, soit sur des plantes en pot suspendus avec de la corde. Avec cela, c’est sûr que la montée de votre escalier sera émerveillée.

comment fabriquer un panneau solaire

comment fabriquer un panneau solaire

L’utilisation d’un panneau solaire permet d’alimenter des appareils électriques sans dépendre du réseau de distribution de courant. Sachez que vous pourriez même fabriquer votre propre panneau solaire si cela vous intéresse. D’ailleurs, c’est pour vous aider dans cette tâche que nous avons réalisé cet article.

Assemblez les composants

Pour fabriquer un panneau solaire, vous devriez commencer par acheter les cellules photovoltaïques en polycristallin tout en prenant compte de la puissance de l’appareil que vous voulez construire. Effectivement, le nombre de cellules dépendra de la puissance que vous voulez avoir. N’oubliez pas d’enlever la cire qui les protège avec de l’eau chaude quand vous les recevrez.

Préparez ensuite le support de votre panneau avec du matériau non conducteur. Cela est dû au fait que vous devriez fixer les cellules sur le panneau. Vous devriez laisser une marge de 2,5 à 5 cm au bord du panneau quand vous réaliserez la découpe. À noter que la majorité des amateurs de panneau solaire ont tendance à utiliser du bois comme support. Vous aurez aussi à découper deux fils deux fois plus longs que sa longueur pour assurer la connexion des cellules entre elles. Après la mise en place du flux de soudure, il faudra que vous assuriez la soudure du fil de tabulation ainsi que le fil avec les cellules. Notez bien que la connexion de ces cellules sur le support se fait avec une colle adaptée. Une fois connecté, vous n’aurez plus qu’à souder les fils de connexion en liberté en suivant les lignes de contact. Cela doit être réalisé avant la connexion des rangées au ruban de raccordement.

Mettez en place la boîte du panneau

Comprenez bien que la boîte du panneau doit être plus grande que le support des cellules. Vous devriez même laisser un espace de 2,5 cm sur chaque côté du module afin de donner de la place aux planches. Le fond de la boîte doit quant à lui se faire avec du contreplaqué. Comprenez bien que vous devriez opter pour du blanc quand vous peindrez la boîte pour éviter une surchauffe de celle-ci. Assurez-vous aussi de bien coller le module solaire sur le fond de la boîte.

Vous pourriez maintenant câbler l’appareil

Le câblage d’un panneau solaire commence par la connexion de la sortie du module en vous servant d’une diode peu supérieure à cella que vous avez sur le panneau. N’oubliez pas de connecter les autres câbles avant la mise en place du régulateur de charge. Branchez ensuite le régulateur à une batterie afin que le panneau puisse produire tranquillement du courant. N’hésitez pas à demander des conseils à votre entourage ce qu’il faut faire au cas où vous auriez du mal à vous en sortir. L’un d’entre eux aura surement fabriqué son panneau solaire avant vous.

Fermez la boîte pour terminer votre panneau

Pour cette dernière étape, vous devriez vous servir d’une planche en plexiglas que vous installerez à l’intérieur de la boîte. Utilisez des cales plus hautes que le bornier pour soutenir le couvercle. N’oubliez pas de fixer le plexiglas sur les supports en bois qui seront aussi installés à l’intérieur. Terminez votre panneau solaire en scellant les bords de la boîte. Un joint en silicone vous suffira pour la réalisation de cela. L’installation de votre panneau dépendra de vous et de l’inclinaison de votre toit.

comment installer une cloture en bois

comment installer une cloture en bois

La pose d’une clôture en bois n’a rien de compliqué. Vous pouvez réaliser l’opération vous-même à condition que vous disposiez des matériels adéquats. Cette bonne initiative vous permet notamment de faire des économies. Si vous voulez en savoir plus sur la pose d’une clôture en bois, cet article peut vous aider.

Comment se fait l’installation d’une clôture en bois ?

Vous devez d’abord commencer par la mise en place d’un cordeau. Cela permet de marquer l’emplacement de la future clôture et d’avoir un tracé bien droit. Après cela, faites ainsi un trou de 50 cm de profondeur sur 40 cm de large. Ces trous à intervalle régulier vont accueillir les piliers. Choisissez d’enfouir chaque poteau dans un socle de béton puisque celui-ci est plus solide et plus durable. Posez ensuite le pilier. Cela fait, vous mettez ensuite des pierres et du gravier au fond du trou sur 10 à 15cm. Scellez ensuite le pilier avec du béton sur une hauteur de 20 à 30 cm. Une fois le béton sec, vous pouvez ensuite combler le vide restant avec de la terre végétale. L’étape suivante consiste à installer la clôture en bois. Lors de la pose, faites en sorte que la belle face des planches regarde toujours l’extérieur et non l’espace clôturé.

Pourquoi choisir le bois ?

L’avantage de choisir le bois, c’est qu’il est plus facile à travailler, à assembler et à poser. Il est ainsi plus simple de faire une clôture avec un tel matériau. Qui plus est, le bois affiche un design plus exotique surtout s’il est régulièrement entretenu. Vous pouvez par exemple appliquer une Mazure brun clair. Vous avez également la possibilité d’appliquer un produit à base de cire. Cette dernière solution permet notamment d’accroitre la durée de vie du bois. Et afin de protéger la base des poteaux contre l’humidité, vous pouvez utiliser une peinture bitumeuse.

Pourquoi clore sa propriété ?

Tout propriétaire de terrain a le premier réflexe de clore son jardin. Il dispose de nombreuses possibilités, mais la solution la plus simple et la plus rapide consiste à poser une clôture en bois. Cette dernière est en mesure de délimiter la propriété et même de le protéger contre les intrusions venant d’extérieur. La clôture en bois peut aussi servir de séparation des espaces d’activités et des espaces de détentes, du potager et du jardin d’agrément, etc. Enfin, il peut devenir un véritable élément de décor. Il est possible de l’utiliser pour support aux plantes grimpantes.

À part le bois, d’autres types de clôture existent. Si vous souhaitez les découvrir, cliquez ici.

comment fonctionne un panneau solaire

comment fonctionne un panneau solaire

On dispose actuellement de nombreux moyens qu’on peut utiliser pour assurer une optimisation de notre consommation d’énergie, mais il ne s’en trouve pas beaucoup qui peuvent rivaliser avec les potentialités du panneau solaire. Celui-ci est assez récent, mais est en proie de devenir un des éléments qu’on retrouve le plus fréquemment dans les maisons des particuliers, en raison des avantages qu’il apporte.

Le principe du panneau solaire

Les éléments les plus essentiels d’un panneau solaire sont les cellules photovoltaïques qui viennent tapisser sa surface. Le rôle de celles-ci est de permettre une conversion de la lumière du soleil en électricité, ce qui est une innovation jamais vu auparavant. Une fois que l’électricité est générée, il est possible de stocker celle-ci dans une batterie puis de s’en servir quand on en a besoin, mais il est possible de s’en servir directement sur un appareil.

En raison de cette capacité hautement avantageuse de ce type de cellules, il a été possible d’utiliser la lumière du soleil pour répondre en partie aux différents besoins en courant électrique dans le monde. Si les moyens étaient mis pour le faire, il serait possible pour les particuliers de devenir entièrement indépendants vis-à-vis des compagnies qui fournissent de l’électricité, et/ou bien que ces compagnies puissent produire de l’électricité pour un cout bien moins cher.

Le panneau solaire thermique

On n’a pas toujours utilisé les panneaux solaires pour générer de l’électricité, et au cours de leur tout débuts d’utilisation, ils ont d’abord servir pour chauffer de l’eau. Les panneaux solaires thermiques qui étaient reliés aux chauffe-eau étaient ainsi la première apparence que ce type de panneau a eue sur le marché. Ici, le principe est de récolter la chaleur générée par le soleil, puis de s’en servir pour faire monter de l’eau à une température spécifique. Cette eau est ensuite stockée dans un réservoir isolé thermiquement pour que la chaleur ne se perde pas.

L’idée d’utiliser les panneaux solaires est venue en s’inspirant des fours solaires utilisés depuis l’antiquité. Le principe de ces derniers est d’utiliser une surface noire pour absorber la chaleur du soleil, et dans certaines régions désertiques du monde, celle-ci est assez élevée pour permettre de faire cuire de la nourriture. Aussi, le principe d’une surface de couleur noire a été repris et optimisée pour pouvoir capture efficacement la chaleur du soleil. Il vous est même possible de fabriquer ce type de panneau vous-même.

Le panneau solaire en autoconsommation

Si vous souhaitez générer de l’électricité pour subvenir à l’ensemble des besoins de votre maison en termes d’électricité, le modèle qui fonctionne avec une batterie est l’option la plus viable. Cependant, le frein à l’acquisition de ce type de panneaux solaires se trouve sur le plan du prix, et il ne faut pas compter moins de 20 000 euros pour subvenir aux besoins d’une maison normale.

Le panneau solaire en autoconsommation est une alternative intéressante, qui vous permet d’acquérir un ensemble de panneaux solaires pour moins de 1000 euros. Elle se branche directement aux appareils, et pourra servir pour répondre aux besoins des différents appareils utilisés ponctuellement comme la machine à laver.

poulailler quelle surface choisir

poulailler quelle surface choisir

Vous aussi, vous envisagez de vous lancer dans l’élevage de poules ? Le poulailler vous est indispensable. La taille d’un poulailler ne se choisit pas au hasard ! Comment alors faire le bon choix ?

Choisir la surface en fonction du nombre de poules à adopter

Le nombre de poules que vous souhaitez accueillir déterminera la surface idéale. Bien entendu, vous n’avez pas à choisir (où à fabriquer) un poulailler XXL si vous ne voulez élever que quelques poules ! En revanche, un petit poulailler ne sera pas adapté pour l’élevage de plusieurs poules (plus de 10 poules par exemple). Si vous envisagez de faire de l’aviculture votre principale activité, passez ainsi votre chemin !

Retenez que selon la norme, vous devez prévoir au minimum 1m2 par poule. Pour 2 à 4 poules, un poulailler entre 1 et 4 m² pourra faire l’affaire alors.

D’autres critères qui influenceront votre choix

Selon que le poulailler servira d’habitat principal de vos gallinacés ou non, vous devez miser pour un modèle plus ou moins grand. Nous vous conseillons de prévoir une marge, donc un espace supplémentaire si le poulailler est l’habitat principal de vos poules ou plus exactement, si vous ne voulez pas que ces dernières sortent librement dans votre jardin. Grâce à l’espace en question, vous pouvez garantir le bien-être de vos poules même s’il vous est impossible de leur prévoir un parcours à l’extérieur du poulailler (en parlant de parcours pour vos gallinacés, s’il y a un détail que vous devez retenir c’est que plus ces dernières disposeront dans votre jardin, plus elles s’épanouissent).

Le poulailler servira-t-il simplement de dortoir pour vos poules ? Vous envisagez de laisser vos poules en liberté toute la journée dans votre jardin par exemple ? Dans ce cas, pouvez miser pour un poulailler moins grand. En fin de compte, le poulailler ne leur utile que la nuit et lorsqu’elles pondent. Et la nuit, elles vont se blottir les unes contre les autres et occuperont ainsi moins de place.

Pensez toutefois à l’évolution de votre petit élevage !

Certes, au début, vous allez commencer avec quelques poules seulement. Il est fort possible toutefois que vous vouliez élever davantage à l’avenir (il se peut même que vous vouliez avoir des poussins). Pour éviter de devoir investir dans un nouveau poulailler après seulement quelque temps, nous vous conseillons de penser à l’évolution de votre petit élevage lors du choix.

La praticité : un élément à ne pas négliger

Que vous misiez pour un petit ou un grand poulailler, ne négligez pas le côté pratique. Idéalement, votre poulailler doit disposer d’un toit ouvrant. La dimension de son ouverture doit d’ailleurs assurer une accessibilité parfaite pour un nettoyage facile, mais aussi pour la récolte des œufs. Si vous voulez acheter votre poulailler, sachez que la plupart des modèles intègrent déjà tous les accessoires indispensables à vos poules.

quel poulailler pour 3 poules

quel poulailler pour 3 poules

La dimension d’un poulailler est un critère essentiel qui contribue à l’épanouissement des poules et de la qualité des produits qu’elles peuvent offrir. À cet effet, il est indispensable de définir cette taille en fonction du nombre de poules qui vont se tenir à l’intérieur. Afin de vous éviter tout désagrément lié à cette question, nous allons vous guider à déterminer la surface idéale pour un petit poulailler familial qui peut accueillir 3 poules.

Dimension convenable pour 3 poules

Tout d’abord, nous tenons à vous expliquer pourquoi nous n’avons pas la liberté de choisir la taille que nous voulons pour notre poulailler. Et bien, la raison est simple : un poulailler trop grand favorisera la prolifération de parasites et la circulation inadéquate d’air dans son intérieur, d’une part. Et d’autre part, si le poulailler est trop petit, cette situation va provoquer des maladies, un stress et des problèmes de picage entre les poules. Alors, pour éviter tous ces incidents, il serait judicieux de respecter la dimension qui correspond au nombre de poules que vous élevez. Par ailleurs, sa hauteur n’entre pas en considération dans ces critères parce qu’avec une hauteur suffisamment grande, vous pouvez parfaitement installer les mangeoires, les abreuvoirs ainsi qu’un perchoir et un pendoir en son sein sans problème.

Il existe sur le marché nombreux type de poulailler prêt à l’emploi et dont vous pouvez choisir en fonction de vos besoins. En l’occurrence, si vous envisagez d’élever 3 poules, vous aurez d’un poulailler avec une surface de 1,5 m2. Donc, il aura une largeur de 150 cm, une profondeur de 100 cm d’une hauteur de 96 cm. Ainsi, si vous avez besoin d’augmenter le nombre de vos poules, il peut encore en accueillir jusqu’à 5. Et cette dimension reste la même si vous vous projetez de fabriquer vous-même votre poulailler.

Mise en garde

Le choix d’installer un poulailler dans son jardin se traduit comme étant un engagement à long terme qui nécessite la présence permanente du propriétaire. Ce qui signifie que si vous envisagez de vous lancer dans ce projet, vous devez avoir le temps et la volonté de vous y consacrer. Ceci est important pour le bien-être des poules et pour les bénéfices qu’elles pourront vous apporter. Donc, sachez que même si vous avez un poulailler réglementé et qui respecte toutes les normes requises, vous devez laisser vos poules en liberté dans votre jardin afin qu’elles puissent s’épanouir correctement. C’est l’une des façons les plus simples et rapides qui peuvent permettre un bon rendement.

Lors de l’achat ou de la confection de votre poulailler, n’oubliez surtout pas d’omettre l’évolution de votre élevage. Incluez dans vos comptes l’éventualité d’une croissance rapide de vos petites bêtes, tant sur leur nombre que sur leur poids. C’est un point important à étudier, surtout si votre projet est de prendre des poussins et de les faire reproduire par la suite.

quoi mettre au sol de son poulailler

quoi mettre au sol de son poulailler

Vous envisagez d’installer un poulailler dans votre jardin, mais vous ignorez encore certains points concernant la possibilité de réalisation d’un tel projet. Il s’agit tout d’abord de définir la raison de votre décision, la situation géographique ainsi que le type de climat de votre région et de l’espace disponible pour accueillir la colonie de poule. Tous ces critères sont importants à prendre en compte parce que c’est à partir d’eux que vous allez déterminer la dimension de votre futur poulailler ainsi que le revêtement de sol dont vous devez mettre en place. Focalisons-nous sur cette question de revêtement de sol dans cette rubrique.

Les différents types de revêtements possibles

Compte tenu du fait que les poules sont des animaux particulièrement sensibles, notamment au grand froid, à la forte chaleur et aux intempéries, il convient de leur offrir un endroit assez confortable pour qu’elles puissent tolérer ces périodes. En fonction des caractéristiques de votre région, vous avez le choix entre plusieurs types de revêtement pour le sol de votre poulailler. À ce titre, sachez que la température idéale pour l’intérieur d’un poulailler est estimée à 10 °C avec une telle condition, l’endroit sera capable de faire face aux caprices de la météo et vos volailles seront à l’abri de tout incident relatif à ce sujet.

Venons-en au fait ! Pour le revêtement du sol de votre poulailler, vous pouvez opter pour les matériaux suivants : la terre battue, le plancher en bois, la chape au mortier et la dalle en béton. La terre battue est l’option la plus simple et la plus rapide si vous êtes contraints par le manque de budget parce qu’elle peut se réaliser à partir de matériaux de récupération dans votre jardin et elle est très facile à installer qui plus est. Il vous faudra juste la surélever par rapport à l’extérieur pour éviter l’humidité. Il en est de même pour le plancher en bois, la montée d’eau est à pallier en positionnant le plancher plus en haut. Par ailleurs, si vous voulez permettre plus d’aération dans votre poulailler, choisissez la chape au mortier et si votre région est spécialement humide, il serait plus judicieux d’opter pour une dalle en béton. Certes, cette dernière demande plus de travaux, mais elle est plus solide et plus confortable que les autres options. Cependant, elle est à éviter si vos poules ne sortent jamais de leur niche parce qu’elles abimeront leurs pattes et leur bec en grattant le béton.

Quelques astuces

Selon nos dires, il est indispensable de régulariser la température à l’intérieur du poulailler pour le rendre plus confortable. De ce fait, il existe un moyen pour connaitre celle-ci supportable par les poules. Il suffit donc d’observer le comportement de vos poules. Sachez donc que si les volailles se tiennent souvent sur une seule patte, c’est que le sol est trop froid (en hiver) ou trop chaud (en été).

Par ailleurs, faites toujours en sorte de ne pas poser directement votre poulailler à même le sol pour éviter l’envahissement de boue ou de parasites lors des saisons de pluies.

comment choisir sa clim réversible

comment choisir sa clim réversible

Vous ne voulez pas changer de confort face au changement de saison. Trop chaud en été et trop froid en hiver, utilisez une climatisation. La clim réversible peut vous intéresser.

La climatisation réversible et son fonctionnement

Avec la climatisation réversible, on peut avoir du chaud et du froid. Cet appareil est donc à la fois un réfrigérateur et un chauffage. Comme son nom l’indique réversible et c’est renversant ! Mais comment fonctionne la clim réversible ? Le congélateur extrait de la chaleur de l’air dans le congélateur et l’évacue hors de lui. La climatisation extrait de la chaleur de l’air dans la pièce et la répand à l’extérieur. Tous deux comportent du fluide frigorigène qui rend possibles ces échanges thermiques. Quand la clim réversible est en mode chaud, le cycle frigorifique est simplement inversé. L’appareil prélève la chaleur de l’extérieur et la répand à l’intérieur, un système qui à sa source à celui d’une pompe à chaleur air-air.

Avantages et inconvénients

Cet équipement présente des avantages comme des inconvénients. Nous allons parler en premier de ses points forts. Vous aimez faire des économies, cet appareil est fait pour vous vu qu’elle ne consomme pas beaucoup d’énergie. Comme une pompe à chaleur air-air, la clim rend à peu près 3KWh de chaleur avec une consommation de 1KWh d’énergie. En plus, vous gagnez au frais d’installation et de maintenance ainsi que de l’espace grâce à son potentiel deux en un. Vous pouvez aussi régler la température au dixième de degré près avec son régulateur électronique de chaleur. Maintenant, voyons ses points faibles. Bien que la climatisation réversible soit pratique, elle n’a pas assez de puissance de chauffage avec une température en dessous de 0°C. Il faut quand même un chauffage d’appoint. Si la température diminue encore à -10°C, la clim réversible est inutile. La météo joue un rôle dans ses performances. Il y aussi le bruit, eh oui la machine bourdonne comme le réfrigérateur qui pourrait embêter les voisins.

Bien choisir sa clim réversible

Voici quelques idées pour vous aider à faire le bon choix. Pour que vous soyez sûr de ne pas vous tromper. Vous devez d’abord savoir ce dont vous avez besoin et y orienter votre choix. Il y a en effet plusieurs systèmes, mais ce qui s’adapte le mieux à vos besoins que vous devez prendre. Il faut aussi penser au design, choisissez un climatiseur en harmonie avec votre intérieur. Prenez en compte la performance sonore, optez pour un appareil qui ne fait pas trop de bruit. Choisissez un dispositif qui ne consomme pas trop d’énergie, mais à la fois plus performante. N’oubliez pas de prendre en compte la technologie de filtration pour un intérieur sain. Opter pour une clim toute option (qui donne du froid et de la chaleur). Choisissez les meilleurs constructeurs et les pros pour une bonne installation. Mais surtout ne pas oublier d’investir dans une machine qui durera longtemps. Une dernière chose, quel que soit votre choix de machine (la climatisation réversible), vous devez prendre en compte le coefficient de performance dans le mode chauffage. Ce critère permet à l’appareil de bien fonctionner même si la température change et varie tout le temps.