comment installer une cloture en bois

comment installer une cloture en bois

La pose d’une clôture en bois n’a rien de compliqué. Vous pouvez réaliser l’opération vous-même à condition que vous disposiez des matériels adéquats. Cette bonne initiative vous permet notamment de faire des économies. Si vous voulez en savoir plus sur la pose d’une clôture en bois, cet article peut vous aider.

Comment se fait l’installation d’une clôture en bois ?

Vous devez d’abord commencer par la mise en place d’un cordeau. Cela permet de marquer l’emplacement de la future clôture et d’avoir un tracé bien droit. Après cela, faites ainsi un trou de 50 cm de profondeur sur 40 cm de large. Ces trous à intervalle régulier vont accueillir les piliers. Choisissez d’enfouir chaque poteau dans un socle de béton puisque celui-ci est plus solide et plus durable. Posez ensuite le pilier. Cela fait, vous mettez ensuite des pierres et du gravier au fond du trou sur 10 à 15cm. Scellez ensuite le pilier avec du béton sur une hauteur de 20 à 30 cm. Une fois le béton sec, vous pouvez ensuite combler le vide restant avec de la terre végétale. L’étape suivante consiste à installer la clôture en bois. Lors de la pose, faites en sorte que la belle face des planches regarde toujours l’extérieur et non l’espace clôturé.

Pourquoi choisir le bois ?

L’avantage de choisir le bois, c’est qu’il est plus facile à travailler, à assembler et à poser. Il est ainsi plus simple de faire une clôture avec un tel matériau. Qui plus est, le bois affiche un design plus exotique surtout s’il est régulièrement entretenu. Vous pouvez par exemple appliquer une Mazure brun clair. Vous avez également la possibilité d’appliquer un produit à base de cire. Cette dernière solution permet notamment d’accroitre la durée de vie du bois. Et afin de protéger la base des poteaux contre l’humidité, vous pouvez utiliser une peinture bitumeuse.

Pourquoi clore sa propriété ?

Tout propriétaire de terrain a le premier réflexe de clore son jardin. Il dispose de nombreuses possibilités, mais la solution la plus simple et la plus rapide consiste à poser une clôture en bois. Cette dernière est en mesure de délimiter la propriété et même de le protéger contre les intrusions venant d’extérieur. La clôture en bois peut aussi servir de séparation des espaces d’activités et des espaces de détentes, du potager et du jardin d’agrément, etc. Enfin, il peut devenir un véritable élément de décor. Il est possible de l’utiliser pour support aux plantes grimpantes.

À part le bois, d’autres types de clôture existent. Si vous souhaitez les découvrir, cliquez ici.

comment fonctionne un panneau solaire

comment fonctionne un panneau solaire

On dispose actuellement de nombreux moyens qu’on peut utiliser pour assurer une optimisation de notre consommation d’énergie, mais il ne s’en trouve pas beaucoup qui peuvent rivaliser avec les potentialités du panneau solaire. Celui-ci est assez récent, mais est en proie de devenir un des éléments qu’on retrouve le plus fréquemment dans les maisons des particuliers, en raison des avantages qu’il apporte.

Le principe du panneau solaire

Les éléments les plus essentiels d’un panneau solaire sont les cellules photovoltaïques qui viennent tapisser sa surface. Le rôle de celles-ci est de permettre une conversion de la lumière du soleil en électricité, ce qui est une innovation jamais vu auparavant. Une fois que l’électricité est générée, il est possible de stocker celle-ci dans une batterie puis de s’en servir quand on en a besoin, mais il est possible de s’en servir directement sur un appareil.

En raison de cette capacité hautement avantageuse de ce type de cellules, il a été possible d’utiliser la lumière du soleil pour répondre en partie aux différents besoins en courant électrique dans le monde. Si les moyens étaient mis pour le faire, il serait possible pour les particuliers de devenir entièrement indépendants vis-à-vis des compagnies qui fournissent de l’électricité, et/ou bien que ces compagnies puissent produire de l’électricité pour un cout bien moins cher.

Le panneau solaire thermique

On n’a pas toujours utilisé les panneaux solaires pour générer de l’électricité, et au cours de leur tout débuts d’utilisation, ils ont d’abord servir pour chauffer de l’eau. Les panneaux solaires thermiques qui étaient reliés aux chauffe-eau étaient ainsi la première apparence que ce type de panneau a eue sur le marché. Ici, le principe est de récolter la chaleur générée par le soleil, puis de s’en servir pour faire monter de l’eau à une température spécifique. Cette eau est ensuite stockée dans un réservoir isolé thermiquement pour que la chaleur ne se perde pas.

L’idée d’utiliser les panneaux solaires est venue en s’inspirant des fours solaires utilisés depuis l’antiquité. Le principe de ces derniers est d’utiliser une surface noire pour absorber la chaleur du soleil, et dans certaines régions désertiques du monde, celle-ci est assez élevée pour permettre de faire cuire de la nourriture. Aussi, le principe d’une surface de couleur noire a été repris et optimisée pour pouvoir capture efficacement la chaleur du soleil. Il vous est même possible de fabriquer ce type de panneau vous-même.

Le panneau solaire en autoconsommation

Si vous souhaitez générer de l’électricité pour subvenir à l’ensemble des besoins de votre maison en termes d’électricité, le modèle qui fonctionne avec une batterie est l’option la plus viable. Cependant, le frein à l’acquisition de ce type de panneaux solaires se trouve sur le plan du prix, et il ne faut pas compter moins de 20 000 euros pour subvenir aux besoins d’une maison normale.

Le panneau solaire en autoconsommation est une alternative intéressante, qui vous permet d’acquérir un ensemble de panneaux solaires pour moins de 1000 euros. Elle se branche directement aux appareils, et pourra servir pour répondre aux besoins des différents appareils utilisés ponctuellement comme la machine à laver.

comment poser un panneau solaire

comment poser un panneau solaire

Produire soi-même son énergie électrique, c’est un choix à la fois économique et écologique. C’est tout à fait possible et à la portée de tous moyennant un équipement adéquat. A savoir, un panneau solaire par exemple. Il existe nombreux types de panneaux solaires selon leur système de fonctionnement et ils sont adaptables en fonction des besoins énergétique de chaque utilisateur. Dans cette rubrique, nous allons vous donner plus d’informations sur ce sujet et expliquer comment poser un panneau solaire.

Types de panneau solaire

En général, il existe trois grands types de panneau solaire : les panneaux solaires thermiques, panneaux solaires photovoltaïques et les panneaux solaires photovoltaïques hybrides. Voyons les détails pour chaque type.

Le panneau solaire thermique, appelé aussi capteur solaire thermique, est un simple un capteur de la chaleur du soleil. Il a pour mission de piéger la chaleur du rayonnement solaire pour ensuite la transmettre au fluide colporteur. Il existe en plusieurs versions mais la plus puissante est appelée « centrale solaire thermodynamique ». A propos du panneau solaire photovoltaïque ou module photovoltaïque, il est conçu pour convertir le rayonnement du soleil en une énergie électrique. Il est également proposé en diverses versions mais la plus performante c’est celle qui entre dans la catégorie « centrale solaire photovoltaïque ». Quant au panneau solaire photovoltaïque hybride, sa fonction est de combiner l’action des deux dispositifs précédents. A cet effet, il produit à la fois de l’électricité et de la chaleur dans le bâtiment. Qui plus est, il améliore le rendement des panneaux solaires photovoltaïques en éliminant le risque de surchauffe des modules.

La pose d’un panneau solaire

Avant d’entamer la pose de panneaux solaires, sachez que vous devez respecter certaines règles. En premier lieu, vous devez avoir une toiture avec une inclinaison idéale de 30° et une orientation sud afin d’être exposée le maximum de temps possible au soleil. Il est également important de s’assure qu’aucun obstacle ne se trouve entre le soleil et la toiture (arbre, bâtiment et autres) pour éviter tout facteur d’ombre. S’il y en a, débarrassez-vous-en autant que vous le pourrez parce que la performance de votre dispositif en dépendra. La manière de poser le panneau solaire varie selon l’ampleur de votre installation, ainsi que du type d’équipement que vous allez vous procurer.

Il existe des systèmes de panneaux solaires simples à installer et à régulariser. Dans ce cas, il ne vous suffit que de monter sur votre toit, de bien vous équiper et vous protéger, de lire le circuit électrique indiqué sur le guide et de les poser. Mais, plus le système est simple, plus vous serez aisé de l’installer. Par ailleurs, au cas où vous envisager d’installer un système sophistiqué, il fortement conseiller de faire appel à des professionnels pour l’installer parce que le travail d’un amateur peut entraver le bon fonctionnement de l’appareil. De plus c’est un projet qui nécessite un investissement important, alors faites gaffe !

comment empecher un escalier en bois de craquer

comment empecher un escalier en bois de craquer

Votre escalier en bois commence à grincer dans certains moments ? Dans ce cas, il faudra agir avant que la situation ne s’envenime. Dans cet article, nous allons voir ici 4 astuces qui vous éviteront à votre construction de craquer complètement.

Repérez la possible source du grincement

Trouver la source du problème ne devrait pas vous prendre beaucoup de temps puisque vous n’aurez qu’à monter et descendre de l’escalier. Vérifiez bien si la marche grince depuis l’arrière ou de l’avant ainsi que par le côté. N’hésitez pas à demander à un ami de circuler sur l’escalier pendant que vous resterez dessous.

Comment stopper le grincement ?

Pour cela, vous devez commencer par appliquer un mince boudin de mastic au niveau de la marche à bec. Utilisez une cuillère en plastique pour façonner votre application surtout dans le joint qui grince. Pensez à nettoyer la quantité de mastic qui dépasse avant qu’il ne sèche. Vous pourriez aussi calfeutrer les joints de la marche en intervenant sous l’escalier.

Par ailleurs, vous pourriez aussi éliminer le grincement en vissant un support en L sur la contremarche. Toutefois, laissez un peu d’espace entre une branche et le plan de la marche. Avant de visser le support sur la contremarche, vous pourriez mettre de la colle entre celle-ci et la marche.

Ce qu’il faut faire si le problème vient des poteaux

Effectivement, il se pourrait aussi que les poteaux chancèlent au fil des années. Si vous avez un escalier moderne, vous n’avez qu’à fixer des tirefonds supplémentaires pour régler le problème. Pour cela, vous devriez faire un trou de guidage pour les vis tout en fraisant un trou avec profondeur sur la tête. Utiliser un bouchon de bois ou de la pâte de bois pour les boucher après votre intervention.

Par contre, si le poteau de départ de votre escalier est attaché à une solive pouvant être accessible depuis le sous-sol. Vous n’aurez qu’à insérer profondément d’autres clous à travers le poteau et la solive. Toutefois, vous pourriez toujours clouer des morceaux de bois au niveau de la solive.

D’un autre côté, il ne vous suffira qu’à retirer les anciennes vis qui fixent le poteau au sol avec une plaque métallique au cas où votre construction serait bancale.

Enfin, pour un vieux poteau. Vous n’aurez qu’à serrer la tige en dessous du poteau pour enlever les bruits qu’il cause. Il faut reconnaitre que les poteaux d’un vieil escalier sont généralement fixés avec une tige filetée qui circule le long du poteau.

Comment combler les écarts entre les marches ou les contremarches ?

Pour ce dernier cas, il est important que vous appliquiez de la colle sur un flipot afin que vous puissiez l’enfoncer entre les écarts en vous servant d’un marteau. À noter que les flipots sont faciles à trouver. Sachez que vous pourriez placer le flipot sous l’escalier si vous avez la possibilité. Cela vous facilitera la tâche si vous avez besoin de combler l’écart entre la contremarche et la marche.

Enfin, si vous envisagez d’installer un nouvel escalier intérieur, découvrez les solutions qui s’offrent à vous sur https://www.mistermenuiserie.com/escalier-interieur-droit-rampe-marche-bois.html.

comment créer un escalier

comment créer un escalier

Quand on fait le choix du type d’escalier à mettre dans sa maison, il y a plusieurs variables à prendre en compte, et ce n’est qu’après avoir bien identifié cela que vous pourrez même envisager des travaux. Créer votre propre escalier n’est pas une tâche facile, mais si vous vous y prenez bien, c’est une chose faisable.

Le choix d’un type d’escalier

Il se trouve une large gamme d’escaliers parmi lesquels on a la possibilité de choisir, et pour connaitre quel est le choix qui est le plus avisé, il est préférable de prendre des mesures de votre maison. En effet, dépendamment des dimensions des différentes pièces, il se peut que certains escaliers conviennent mieux que d’autres. Par exemple, pour les petites maisons, il y a les escaliers en colimaçon, et ceux-ci conviennent généralement le mieux car ils n’occupent qu’une petite partie de l’espace comparé aux autres escaliers.

À partir du moment où votre maison est d’une certaine taille, vous pouvez vous permettre de recourir à une plus large gamme d’escaliers, dont ceux tournants. Ce type d’escalier est caractérisé par le fait de pouvoir se fondre avec la forme d’un des coins de votre demeure. Il y a également l’escalier droit, qui est reconnu comme étant un des modèles qui prend le plus de places. Si la forme est un des éléments décisifs, d’autres comme le matériau principalement utilisé viennent influencer sur des détails comme les couts.

Les plans pour votre escalier

Pour la fabrication d’un escalier, les plans sont essentiels, dans la mesure où c’est ce qui nous permet de bien connaitre les étapes à suivre dans la mise en place des éléments de celui-ci. Un plan d’escalier doit se faire généralement en deux parties : soit un premier plan vu de haut, et un second vu de côté. En faisant cela, il est possible de bien voir les divers éléments à mettre en place, mais aussi la pente, qui est essentielle pour l’évaluation du nombre de marches.

Pour vous rendre la tâche plus facile, vous pouvez vous aidez des différentes mesures qui existent et qui sont utilisées comme bases pour les éléments de l’escalier. Pour la pente, la norme se situe entre 25° et 35° d’inclinaison, autrement elle devient trop raide et nécessite de l’effort. Pour la longueur des marches, il faut compter une hauteur de 17 cm environ contre un giron de 24 cm.

Les travaux pour la fabrication de l’escalier

Très souvent, les escaliers sont en bois, dans la mesure où ce matériau est à la fois léger, solide et peu couteux. Pour vous faciliter la mise en place d’un escalier chez vous, il vous est possible de contacter une compagnie de votre choix pour qu’elle vous fabrique les éléments de votre escalier en se basant sur des plans que vous leur donnez.

Une fois que vous disposez des éléments à mettre en place, il vous suffit de tout monter. Le mieux pour vous est de vous faire aider, car c’est une tâche un peu manuelle, et bien que le bois soit léger, il est plus sécuritaire d’assurer vos arrières avec l’assistance d’un tiers.

comment enlever la colle de la moquette dans un escalier bois

comment enlever la colle de la  moquette dans un escalier bois

La couverture votre escalier, qui était de la moquette, commence à se faire un peu vieux. Il est donc grand temps de l’enlever pour faire place à une nouvelle couverture de votre escalier en bois. Souvent, c’est la colle qui tient la moquette qui est la plus difficile à enlever. Comment parvenir à enlever la colle qui attache la moquette sur un escalier en bois ? C’est certain, la colle de la moquette sur votre escalier en bois ne peut pas s’en lever toute seule. Il vous faut donc quelques astuces pour le nettoyage.

Enlever la moquette

Avant d’aller plus loin dans ce travail, il serait convenable d’enlever la moquette qui recouvre l’escalier en bois. Ce travail demande un peu précision pour ne pas écailler le bois de l’escalier. Ainsi, il faut aller mollo ! D’abord, il faut s’occuper de la moquette sur chaque marche avant de s’attaquer sur les contremarches. Après avoir enlevé toute la moquette, vous aller apercevoir une couche verdâtre sur votre escalier. Eh bien, c’est la colle qui a tenu de fixation pour la moquette.

Enlever la colle

La phase suivante consiste à ôter la colle de la moquette sur l’escalier en bois. Pour cela, vous aurez besoin de produit comme un décapant pour retirer le reste de colle sur votre escalier. Il y a des décapants spéciaux pour colle alors, évitez de vous tromper de produit pour la réussite de la tâche à accomplir. Vous avez le décapant en main ? Commencez d’abord à appliquer du gel en le versant sur le support et en vous servant d’un pinceau, il faut étaler le gel sur toutes les marches et les contremarches. Une forte odeur s’échappe dans la pièce où se trouve l’escalier à entretenir. Il faut donc une bonne ventilation de la pièce. Pour que le produit puisse agir, il faut la laisse reposer environ 1 heure avant de le décaper à l’aide d’un couteau à enduire. Vous pouvez aussi utiliser une spatule pour enlever les résidus de produits qui restent sur l’escalier. Mieux encore, il existe des spatules électriques qui sont faciles à utiliser et simplifiant ainsi l’enlèvement de la colle même si l’escalier est très grand.

Utilisation de décapeur chimique

Vous avez utilisé toutes les techniques possibles pour enlever la colle de la moquette sur votre escalier en bois, mais en vain. Ne vous inquiétez pas ! Il existe encore une solution pratique. Utilisez donc un décapeur chimique. Pour ce type de produit, vous avez le choix entre le décapant sans solvant et le décapant avec solvant. Les décapants chimiques avec solvant peuvent être utilisés pour enlever les couches de vernis, de peintures de cires ou encor de colle. Il serait donc parfait pour enlever la colle qui a tenu la moquette sur votre escalier. Il faut quand même s’assurer que votre escalier n’est pas structuré par du chêne et du châtaignier pour éviter l’usure de l’installation. L’utilisation d’un pineau large et d’une spatule avec ce produit peut vous simplifier la tâche.

comment échafauder une cage d’escalier

comment échafauder une cage d’escalier

La mise en place d’un échafaudage est une étape importante dans tous travaux qui nécessite qu’on puisse se trouver à une certaine hauteur. En outre, la tâche à effectuer est plus complexe dans le cas où on parle d’un escalier, notamment si celui-ci possède une cage, donc il faudra bien faire votre choix.

L’utilité d’un échafaudage

Certains travaux se font à partir d’une altitude donnée dans une maison ou en extérieur, et il n’est pas toujours pratique d’accéder à la hauteur requise en s’aidant d’une échelle. Pour être efficace sur ce plan, on a inventé ce qu’on appelle l’échafaudage ; il s’agit d’un élément qui vous permet de vous trouver à plusieurs mètres au-dessus du sol, tout en ayant la possibilité de vous déplacer convenablement sans expérimenter le moindre souci.

Le principe se base sur une plateforme maintenue en position horizontale à la hauteur désirée, et on fait en sorte de la rendre aussi stable que possible. Avec ce genre de support, il est possible de se rendre par exemple aux abords d’un toit pour y faire divers travaux d’entretien, comme le remplacement des gouttières, ou une inspection des éléments du toit. En outre, il existe des échafaudages qui conviennent pour différents besoins. L’escalier de votre maison se compte comme étant ceux qui peuvent requérir un échafaudage à un moment ou à un autre.

Echafauder une cage d’escalier

Pour mener à bien l’échafaudage d’un escalier, il est essentiel d’amasser des données importantes relatives à cela, comme la hauteur de votre escalier mais aussi sa largeur, la présence ou non d’une cage, etc. Le fait de mettre en place un échafaudage conçu par vos propres soins est une mauvaise idée, dans la mesure où cela ne permet pas d’assurer votre sécurité. En effet, un des éléments importants d’un échafaudage est le niveau de sécurité dont il vous permet de bénéficier.

Il existe différents modèles d’échafaudage entre lesquels vous pouvez vous décider pour votre escalier, et il faut faire votre choix en fonction des besoins de votre cas de figure. Les choix possibles qui sont mis à votre disposition vont de modèles compacts et légers vers des solutions larges et qui supportent un poids important. Il ne faut pas oublier également la question du tarif auquel vous pouvez faire l’acquisition de votre échafaudage, et celui-ci peut varier d’un modèle à l’autre.

Comment bien choisir un échafaudage ?

Plutôt que de vous ruer vers le premier modèle que vous trouvez, il est important de bien prendre votre temps pour faire une comparaison minutieuse des différentes options qui viennent avec. La meilleure chose à faire est de comparer les différentes offres en les mettant côte à côte, puis de lister chacun des avantages qui viennent avec ceux-ci.

En faisant cela, il est plus facile de déterminer lequel ne convient pas pour votre cas, et au contraire qui est parfait. Une fois que vous aurez déterminé l’échafaudage idéal, il ne vous suffira plus que d’en faire l’achat et de le mettre en place chez vous pour commencer à faire vos travaux d’entretien domestique.

Comment appliquer un produit hydrofuge pour toiture ?

Comment appliquer un produit hydrofuge pour toiture ?

L’hydrofugation reste indispensable pour une toiture toujours belle propre et nette. Cette opération permet d’ailleurs de prolonger la durée de vie de son toit. Mais comment appliquer un produit hydrofuge pour toiture ?

Avant le traitement hydrofuge…

Puisque le traitement hydrofuge ne permet pas de réparer les imperfections sur votre toiture, une réparation s’impose avant tout. Eh oui, il faut tout d’abord refaire les joints besoin endommagés, remplacer les tuiles cassées ou abîmées, remettre en place celles qui ont bougé, etc. D’ailleurs, vous devez vous assurer que votre toiture soit bien solide et en bon état. Si ce n’est pas le cas, le remplacement de couverture reste recommandé.

Après les réparations, il faut songer à nettoyer sa toiture. En effet, le produit hydrofuge ne pourra pas s’imprégner en profondeur si le support est encrassé. Pour débarrasser votre toiture des mousses, lichens, algues et autres saletés, rien ne vous empêche d’utiliser des produits chimiques comme le chlore et la javel. Il vous est possible également de nettoyer votre toit avec une brosse ou encore de l’eau projetée à haute pression. De préférence, utilisez toutefois un anti-mousse pour toiture. L’anti-mousse présente l’avantage d’assurer un nettoyage efficace tout en respectant la couverture.

Une fois les réparations et le nettoyage effectués, vous pouvez appliquer le produit hydrofuge.

L’application du produit hydrofuge

Bien entendu, l’hydrofuge s’applique sur une toiture parfaitement sèche, et ce, en temps sec et clair. Pour éviter que le produit s’évapore, il ne faut pas procéder lors des jours de canicules. La meilleure solution serait donc d’hydrofuger sa toiture en automne ou au printemps.

Pour l’application, vous pouvez utiliser une brosse ou encore un pulvérisateur. Certes, en utilisant un pulvérisateur, vous pouvez hydrofuger votre toiture plus facilement et rapidement.

Bref, c’est la meilleure solution pour gagner du temps, mais aussi pour moins d’effort.

Le produit hydrofuge doit être appliqué sur l’ensemble de la toiture, mais pas de n’importe quelle façon. Que ce soit sur une toiture en tuile, en béton, en ardoise, etc., l’application doit être toujours uniforme. Lisez bien la consigne d’utilisation pour réussir l’opération. Selon le produit que vous avez choisi, un à deux couches sera nécessaire. Généralement, après la première couche, il faut s’assurer que le produit s’imprègne parfaitement avant l’application du second. Il est conseillé ainsi d’attendre plusieurs heures. Une fois l’application terminée, il faut attendre que le produit se sèche complètement avant de tester le traitement. Eh oui, il est tout à fait possible de tester l’efficacité du traitement hydrofuge. Sur un toit en tuile par exemple, il faut tout simplement y verser de l’eau. L’eau doit glisser le long des tuiles sans s’infiltrer.

De bonnes raisons de faire appel à un professionnel

Ce n’est pas sans raison si la plupart des particuliers confient l’hydrofuge de leurs toitures à un professionnel confirmé. Grâce à son savoir-faire, ce dernier saura choisir le meilleur hydrofuge toiture et surtout, assurera un résultat durable et impeccable à la fois. Soyez certains, bon nombre de spécialistes proposent aujourd’hui un excellent rapport qualité/prix.

quelle cloture choisir entre voisins ?

quelle cloture choisir entre voisins ?

Ériger une clôture procure de nombreux avantages. Non seulement elle offre sécurité et intimité dans votre jardin, mais en plus elle cloisonne et limite de façon permanente votre terrain. Ainsi, il est important de faire édifier une clôture pour délimiter les contours de votre propriété et ceux de vos voisins. Notez bien que cette clôture peut prendre la forme d’une palissade, mur, portail, grillage, haie, etc. Mais pour un bon rapport de voisinage, veillez à ne pas édifier n’importe comment votre clôture.

Choisir les bons matériaux pour la clôture

Une clôture en bois : a beaucoup de succès auprès des particuliers. La raison est simple, c’est un investissement peu coûteux et simple à réaliser. Il y a aussi l’aspect chaleureux et naturel du bois qui se fonde parfaitement bien en extérieur.

Une clôture en aluminium : est tout ce qui se fait de solide et d’esthétique. Côté design, elle admet une large variété de coloris qui apportera une touche originale et de la couleur à votre aménagement extérieur. Et côté performance, elle a tout pour séduire même si elle se raye assez facilement. En effet, elle est robuste et peut résister à n’importe quelles conditions météorologiques ainsi qu’aux rayons UV.

Une clôture en fer : est aussi une bonne idée de cloisonnement de jardin. Disponible en plusieurs formats, elle a du charme et de l’élégance pour ainsi mettre en valeur votre extérieur. Le seul inconvénient, c’est qu’elle exige un entretien régulier pour éviter de se rouiller dans le temps.

Les différents types de clôtures

Une clôture en grillage

Le grillage est l’option la plus économique pour délimiter le terrain à petit prix. L’installation est rapide et simple, un bricoleur amateur saurait y faire. Mais pour plus de sécurité, préférez les panneaux rigides qui protègent des intrusions et inversement, empêchent les animaux de s’échapper de la propriété.

La palissade

Une palissade est un moyen efficace de rester à l’abri des regards indiscrets de vos voisins. Aussi appelée « clôture en bois », elle est fabriquée à partir de planches de bois fixées sur des lisses horizontales. Avantages ? Le bois est un matériau propre, noble et très raffiné qui s’harmonise merveilleusement avec votre extérieur.

Le mur en gabion

Une structure en gabion peut également servir de clôture. Le principe est simple, il s’agit d’une cage en métal que vous allez remplir de pierre. Solide et durable, ce mur en gabion peut s’adapter à tous les aléas climatiques. Toutefois pour plus d’esthétisme, évitez de disposer les pierres n’importe comment.

Qu’est-ce qu’une clôture mitoyenne ?

La clôture mitoyenne est la solution idéale pour séparer votre espace de celui de vos voisins. Pour cause, c’est une clôture commune aux deux parties impliquant pour cela le partage des frais de construction. Cette clôture est d’ailleurs directement érigée sur la ligne séparative des deux terrains. Et sur un point de vue juridique, une convention de mitoyenneté sera établie devant un notaire au cas où l’un des voisins déménagerait.

comment fabriquer un aspirateur a cendres

comment fabriquer un aspirateur a cendres

Les cendres d’une cheminée doivent nécessairement être retirées du foyer pour éviter que celui-ci ne devienne trop chargé. C’est une tâche assez difficile si on ne le fait pas sans disposer des éléments nécessaires pour cela, et un aspire-cendre est actuellement l’appareil tendance pour le faire. En outre, certaines personnes tentent de fabriquer eux-mêmes leur aspirateur pour cendres.

Que savoir sur l’aspirateur à cendres ?

Comme tout autre aspirateur, celui-ci génère une force grâce à un moteur qui permet à l’air de s’engouffrer rapidement dans un contenant dans lequel les cendres seront conservées. Il n’est pas faisable d’utiliser n’importe quel aspirateur pour retirer la cendre dans un foyer, dans la mesure où la cendre se compose d’infimes particules qui peuvent nuire sévèrement au fonctionnement du moteur. D’ailleurs, les personnes qui s’y sont essayées en ont fait l’expérience, et leur aspirateur normal a été inutilisable au bout de quelques jours.

Les aspirateurs à cendres disposent ainsi d’un système de protection spécial qui fait qu’ils sont protégés contre ce genre de problème grâce à des filtres spéciaux. Autrement, ils seraient tout aussi bons à jeter, si bien que l’exécution de cette tâche ne doit se faire que si vous disposez du bon type de matériel. En outre, ils se composent d’un réservoir pour les cendres, du moteur, d’un tube d’aspiration et d’un bec amovible.

Un aspirateur à cendres artisanal : une erreur

Les tentatives de recréer l’aspirateur à cendres par des particuliers ont été nombreuses, et aucune n’a résulté en une réussite. En effet, pour être efficace, il faudrait disposer d’un filtre qui soit aussi efficace que celui d’un aspirateur à cendres, ce qui fait que cela est difficile. Si cela a semblé marché pendant quelques jours, les effets n’ont pas attendu pour se faire ressentir, et les appareils utilisés ont été vite mis hors service par la cendre.

La meilleure chose à faire pour vous est donc d’acheter un modèle neuf ; il faut voir cela comme un investissement important, car vous n’aurez pas de problème pour retirer la cendre de votre foyer sur plusieurs années. Certains appareils disposent en effet d’une garantie qui vous assure que le tout sera fonctionnel pendant un minimum de deux ans voire plus. Ce serait du gâchis que d’essayer de fabriquer un dispositif vous-mêmes, et de condamner un moteur fonctionnel à la casse pour une telle expérience.

Comment choisir son aspirateur à cendres

Le meilleur moyen d’avoir l’assurance de trouver un bon aspirateur à cendre pour votre cheminée ou insert est de faire une recherche qui vous permettra de mettre côte à côte plusieurs offres, puis de vous tourner vers celle qui est la plus avantageuse. En faisant cela, il n’est pas juste question de comparer les prix, il faut également le faire avec les options des appareils, les conditions d’après-vente, etc.

La marque de votre aspirateur à cendre est d’une grande importance, et la compagnie qui vous l’a fourni doit être en mesure de vous permettre de bénéficier d’un service clientèle qui soit digne du nom. Autrement, il serait désavantageux d’en faire l’acquisition, notamment si vous expérimentez des soucis avec son utilisation dans le futur.